Rétinopathie diabétique

Rétinopathie diabétique 150 150 romain.b@quinze.agency

Rétinopathie diabétique

Les lésions du fond d’oeil sont causées par l’altération des petits vaisseaux de la rétine à cause de l’excès de sucre qui agit de deux façons différentes :

• Soit par occlusion des capillaires provoquant à terme une asphyxie des tissus rétiniens qui entraîne l’ischémie et la production d’une substance favorisant la prolifération anormale de néovaisseaux fragiles et pathologiques. Ceux-ci peuvent saigner à l’intérieur de l’oeil. La rétinopathie ischémique devient alors proliférante.

• Soit par hyper-perméabilité de la paroi de ces vaisseaux provoquant à terme le passage du fluide du sang à travers la paroi vasculaire vers le tissu rétinien, ce qui provoque de l’oedème. Cet oedème est souvent situé au centre de la rétine, sur la macula, ce qui peut entraîner une grave perte de vision. On parle dans ce cas d’un oedème maculaire du diabétique.

Plus de détails sur la pathologie

Symptômes: 

Au début, aucun symptôme n’est détectable, seul un fond d’oeil de dépistage peut faire le diagnostic d’où la nécessité d’un contrôle annuel du fond d’oeil. La rétinopathie diabétique évolue avec l’ancienneté du diabète et selon l’équilibre de ce dernier.

Différents symptômes peuvent apparaître selon les complications rétiniennes liées au diabète.

• Une baisse de la vision qui devient plus ou moins floue (difficulté à la lecture et à percevoir les détails).
• Des déformations (métamorphopsies).
• Tache grise au centre de la vision (scotome).
• Mouches volantes multiples.
• Grands filaments noirs ou voile noir dans le champ visuel.

Traitement : 

Contrôle du diabète, de la tension artérielle et des apnées du sommeil s’il y en a.

• Le bon équilibre du diabète est contrôlé par le dosage de l’hémoglobine glyquée qui doit rester inférieure à 6.5 %.
• La tension artérielle ne doit pas excéder 13/8.
• Les apnées du sommeil authentifiées doivent être traitées par le port d’un équipement la nuit.

Le laser, utilisé dans 2 circonstances :

• Dans la rétinopathie diabétique proliférante, il consiste à détruire les zones ischémiques de la rétine qui sécrètent le facteur vasoprolifératif (VEGF) par l’application de multiples impacts de laser en cinq ou six séances (ce laser peut être réalisé sous anesthésie locale).
• Dans l’oedème maculaire du diabétique, lorsque l’oedème est localisé à distance du centre de la rétine appelée la « fovéola », un traitement focal des lésions vasculaires responsables de l’œdème intra-rétinien est proposé. Ce traitement peut être associé à des injections d’AntiVEGF. On cautérise les altérations vasculaires responsables des fuites. Ce traitement est devenu plus rare depuis l’apparition de nouvelles molécules appelées anti-VEGF.

Les anti-VEGF

Ils sont employés surtout dans le traitement de l’oedème maculaire du diabétique. Le nombre et la fréquence des injections intravitréennes (IVT) est variable selon la gravité de l’oedème maculaire diabétique et sa réponse au traitement. Il est le plus souvent nécessaire de réaliser plusieurs injections par an. Le produit est injecté à travers la paroi dans la cavité oculaire pour se répandre au contact de la rétine. On parle alors d’une injection intravitréenne (IVT). Cette injection est réalisée dans une salle dédiée avec toutes les précautions d’asepsie. Elle est en principe peu douloureuse.

La chirurgie

Elle peut devenir nécessaire en cas d’hémorragie intraoculaire, pour enlever le sang à l’intérieur de la cavité vitréenne, on parle alors d’une « vitrectomie ». Elle permet aussi d’enlever les vaisseaux proliférants (« anormaux »), de recoller éventuellement la rétine et parfois de réaliser l’ablation de brides de vitré qui tirent sur la macula et qui aggravent l’oedème maculaire du diabétique.

Aller au contenu principal